Affaires maritimes: Célestin Serey Doh s’imprègne des réalités du MRCC

Affaires maritimes: Célestin Serey Doh s’imprègne des réalités du MRCC

Dans le cadre de sa tournée au sein des services rattachés à son département, le Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Transports chargé des Affaires maritimes (SEMTAM), Célestin Serey Doh était le mercredi 19 mai 2021 au MRCC (Centre de recherche et de sauvetage maritime) .

Il y a pu s’imprégné des conditions de travail des agents du MRCC, désignée Centre Principal de coordination de sauvetage maritime de l’union économique ouest africaine (UEMOA).

Un statut que le MRCC assure difficilement  du fait du déficit d’équipements en matériel de télécommunication  et surtout de radar de surveillance maritime. C’est ce qu’a confié le LT/Col Gnepa Djoro Hyacinthe, Directeur du centre. Les besoins en renforcement de capacité du personnel, en acquisition de navires et vedettes de surveillance doté de drone, en moyens de localisation et autres sont encore énormes. Il s’est par par ailleurs réjoui de cette visite dont la finalité est de définir un plan d’équipement approprié. Et aussi  recevoir la vision et les orientations stratégiques du SEMTAM.

Des problèmes déjà au cœur des réflexions au SEMTAM

Des difficultés dont le SEMTAM est bien  conscient. Célestin Serey Doh a à cet effet, entamé des actions pour permettre au MRCC d’assurer ses missions avec efficacité. « C’est pour répondre à cette question que j’ai visité à Assinie, le site prévue pour recevoir un radar. Et procéder à Grand Lahou à la pose de la première pierre de l’installation d’un second radar. Le troisième radar prévu à San Pedro sera un objectif de ma première mission dans la ville. (…) Avec leur installation, le centre de recherche et de sauvegarde maritime jouera pleinement son rôle de centre régional pour la recherche et le sauvetage maritime. Il participera efficacement aux échanges d’informations inter-Etats » a-t-il déclaré.

Et d’ajouter que face à la recrudescence des menaces dans le golfe de Guinée que sont la Piraterie, trafic de drogue, terrorisme, pollution, pêche illicite et autres, il est nécessaire que ce centre soit doté d’équipements techniques modernes appropriés en communication et en surveillance maritime. « Aujourd’hui plus que jamais, ce problème est au cœur des réflexions au sein de mon cabinet pour des solutions efficaces et durables » a-t-il rassuré.

Un autre problème sur lequel le SEMTAM s’est voulu rassurant est celui de la formation au regard d’un secteur maritime en perpétuelle mutation. « Une formation professionnelle continue de qualité est nécessaire afin d’actualiser et adapter les compétences de nos agents en réalité de la sécurité, de la sûreté et des transports maritimes pour une meilleure performance globale » a-t-il dit.

C’est donc sur des notes d’espoir pour un MRCC plus efficace dans ses tâches que s’est achevée cette visite.

Adama Balogoun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *